Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Djurdjura Club de Boghni

Quand le journal El watan s'acharne sur boghni

27 Mars 2012 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com Publié dans #Actualité du Club

  Règlements générauxment des affaires par les commissions au niveau des différentes Ligues de  football laisse à désirer

Il ne passe plus d’une saison sans qu’elles ne soient (les Ligues) éclaboussées par des scandales. Le dernier en date et celui de l’affaire DC Boghni - SS Sidi Aïch, match au cours duquel l’arbitre, Laïdaoui Benaïssa, a été agressé par un joueur et un dirigeant du premier club cité, et a entraîné l’arrêt définitif de la partie.

Sur la feuille de match et le rapport adressé à la Ligue (en même temps que le certificat d’incapacité  temporaire de dix (10) jours délivré par l’hôpital de Boghni et auquel il a joint une copie du dépôt de plainte contre ses deux agresseurs, l’arbitre a mentionné «partie arrêtée à la 43e  minute après agression sur arbitre du joueur Amouchi Merzak (DCB)». Quelle ne fut la (désagréable) surprise de l’homme en noir de lire dans les attendus de l’affaire traitée par la commission de discipline de la LRFA «Amouchi Merzak, 2 matches de suspension ferme pour menaces à officiels».

La commission de discipline a procédé à une requalification des faits. L’arbitre a mentionné sur la feuille de match et son rapport «agression» qui s’est transformée en «menaces à officiels». Question. Où est-elle allée chercher «menaces à officiels» sachant que l’article 82 (mesures disciplinaires) du règlement de la Ligue indique : «Elle (CD) prend les sanctions en fonction des incidents qui sont signalés sur la feuille de match, ou tous les rapports établis par les officiels de matchs…» La requalification des faits, surtout dans les affaires disciplinaires, a un impact direct sur le degré de la sanction.

En vertu de l’article 116 du règlement,  «une agression avec lésion corporelle causant une incapacité inférieure à 15 jours (c’est le cas pour l’arbitre Laïdaoui), le fautif encourt une suspension de 3 ans ferme». Avec la requalification des faits, l’intéressé a écopé de 2 matchs de suspension… et le tour est joué !

Autre intrigue dans cette affaire, le silence de mort qu’a observé le responsable de l’arbitrage au niveau de la Ligue. Rien. Il n’a pas bougé, ni pris la moindre initiative pour soutenir l’arbitre.
Ainsi fonctionnent les affaires du football au su et au vu de tout le monde. Il ne faut pas s’étonner après que l’arbitre soit mis au cachot pour avoir osé dénoncer cette situation.

El watan du 27,03,2012

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article