Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Djurdjura Club de Boghni

Appel urgent

24 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

Nuit-arrosee.jpg 

Celui d'entre vous qui a oublié sa femme chez moi 
hier soir après le barbecue est prié de venir la chercher au plus vite. 
C'est pas qu'elle gêne (!), mais la mienne revient ce soir!!!

Lire la suite

Saison 2011-2012 en Regionale 2.la préparation sera entamé le 23 juillet

19 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com Publié dans #sport

C'est ce samedi 23 juillet que le DCBoghni va entamer sa préparation au stade communal de boghni en prévision de la saison 2011-2012.avec la présence de azziz ferhat ,Amirou et le DTS Said Hamrani.et surtout des nouvaux joueurs recrutés d'horizons divers tel bordj mnaiel boumerdes lakhdaria et de maillot.sans oublier l'ex gardien du FCamchrass Lekadir et de son coéquipier Edjkouan.

Lire la suite

Algérie - Principalement à cause de rumeurs sur l'insécurité: La Tunisie perd 90% de ses touristes algériens

17 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

vacances en tunisie

Ce qui n'était qu'une prévision pessimiste en mai, vient de se confirmer à travers les déclarations du ministre tunisien du Tourisme, Mehdi Haouas, concernant l'échec de cette saison estivale.
Ce constat s'impose de lui-même après la désaffection des touristes étrangers, principalement les Algériens, qui ont préféré faire l'impasse sur la destination «Tunisie» notamment à cause de problèmes liés à l'insécurité.
Malgré une campagne médiatique menée par Mehdi Haouas, qui a coûté 60 millions d'euros au gouvernement de Beji Caïd Essebsi, et son engagement à sauver la saison estivale, le moins que l'on puisse dire, c'est que les retombées sont dérisoires. Pour le ministre tunisien du Tourisme, cette saison reste la pire dans l'histoire de la Tunisie à tel point qu'il soulignera que si la moitié des rentrées de devises sont enregistrées, par rapport à l'année dernière, le résultat peut-être qualifié de positif. Mehdi Haouas, qui avait promis de démissionner en cas de son incapacité à redresser le secteur du tourisme en l'espace de quatre mois, se retrouve en face d'une réalité composée par le retrait notable du nombre des touristes algériens, on avance le taux de 90%, qui ont privilégié, cette année, le tourisme domestique à leurs séjours dans les différentes stations balnéaires tunisiennes, principalement à Sousse et Marsa Kantaoui, réputées être une destination prisée des Algériens. Selon l'aveu d'un hôtelier de la région, peu de touristes algériens ont réservé pour cet été alors que les années passées les réservations étaient faites plus tôt.
Les nouvelles rapportées de Tunisie par des familles victimes d'agression ont découragé les éventuels touristes en partance vers ce pays, changeant d'avis à la dernière minute de peur de vivre pareilles mésaventures. Zine, 44 ans, cadre dans une entreprise de construction, avoue avoir changé de décision, alors qu'il avait prévu de se rendre en Tunisie, par route, à la lecture de comptes rendus de la presse sur les agressions de touristes algériens sur les routes tunisiennes dont les auteurs appartiendraient au corps de la police. Des informations réfutées par les officiels tunisiens qui ont tenu à rassurer les touristes sur le degré de sécurité atteint.
Outre les Algériens, premiers pourvoyeurs du tourisme tunisien, la situation en Libye a également pesé de tout son poids sur une saison
morose alors que les prévisions futures n'augurent rien de bon. Mehdi Haouas a préconisé une révolution du tourisme tunisien à travers sa refonte dans un moule créatif et une promotion d'un produit économe et d'une destination post-révolution. Plus de 130 établissements hôteliers ont déjà mis la clef sous le paillasson et environ 2.000 salariés du secteur ont été licenciés au 10 juin dernier.
Cette situation, outre la Tunisie, a également touché l'Egypte puisque des hôtels égyptiens étaient occupés à 30% en avril contre plus de 90% un an plus tôt. Les lendemains des révoltes populaires vécues par ces deux pays, à fort potentiel touristique, ont plombé, sérieusement, le secteur post-révolution, hypothéquant par là les substantielles rentrées de devises fortes. Pourtant cette désaffection, somme toute temporaire, ne semble pas profiter à l'Algérie en butte, d'un côté, à un manque chronique d'infrastructures d'accueil et, de l'autre, à la menace terroriste d'Aqmi qui a pris en otage le Sud touristique par le truchement d'opérations ponctuelles de rapt de touristes étrangers. Pourtant le ministre du Tourisme, Smaïl Mimoune, a assuré que le gouvernement «n'a, à aucun moment, envisagé de tirer profit de la situation générée par les troubles en Tunisie et en Egypte», une déclaration qui a le goût d'un aveu officiel sur l'incapacité de l'Algérie à prétendre remplacer les deux destinations dans le calendrier des tour-opérateurs européens.

 

Lire la suite

Troupe senégalaise au Festival Pan africain de tizi ouzou juillet 2011

14 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

 


Vidéo

 

Lire la suite

Idhebalen :Festival Pan africain tizi ouzou

12 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

 


Festival Pan africain Tizi ouzou

 

Lire la suite

Festival Pan africain de Danse :Troupe D'espagne en robes kabyle

11 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

DSC00687.JPG

Lire la suite

L'Algérie vient d'être classée dernière au monde par l'Indice mondial de l'innovation (GII).

10 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

Notre pays se retrouve tout bonnement à la 125ème place et clôture ainsi ce classement mondial réalisé par l'INSEAD, une des écoles supérieures de commerce les plus grandes et les plus renommées à l'échelle mondiale !

L'Algérie, dernier pays au Monde en matière d'innovation ! C'est le terrible constat dressé par l'édition 2011 de l'Indice mondial de l'innovation (GII), publié conjointement par l'INSEAD et ses experts partenaires  : Alcatel-Lucent, Booz & Company, la Confédération des industries indiennes (CII) et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. 

Selon le communiqué de presse de l'INSEAD, les experts partenaires du GII "ont participé au projet en apportant leur concours aux recherches et en contribuant à la diffusion des résultats. En outre, pour la première fois en 2011, un comité consultatif composé de neuf praticiens et spécialistes de différents pays, rassemblant des connaissances et des compétences uniques dans le secteur de l'innovation, a été créé pour appuyer les activités de recherche et la diffusion des résultats".

Par ailleurs, le rapport du GII "contient des chapitres analytiques présentant des tendances mondiales récentes en matière d'innovation qui ne peuvent guère être restituées par des indicateurs traditionnels. Ces sections ont été élaborées par les experts partenaires, qui sont tous des acteurs de pointe dans le domaine de l'innovation. Les sujets abordés comprennent les innovations abordables en Inde; un éclairage sur l'innovation en Amérique latine; les villes intelligentes et durables; la portée mondiale de la recherche-développement; et les indicateurs se rapportant à la créativité et aux secteurs concernés par le droit d'auteur", souligne encore le communiqué de presse de l'INSEAD. 

Dans ce contexte, les résultats de l'édition 2011 de l'Indice mondial de l'innovation (GII) ont révélé que la Suisse a pris la tête du classement cette année, gagnant trois places par rapport à l'édition 2010. La Suède et Singapour suivent respectivement aux deuxième et troisième rangs. 

Il est à signaler également que six États européens (dont la Finlande, 5e, le Danemark, 6e, les Pays Bas, 9e, et le Royaume Uni, 10e) se retrouvent parmi les 10 pays les plus innovants au monde. Dans ce top 10, on retrouve aussi deux économies asiatiques (Hong Kong, Chine, 4e) et deux pays nord-américains (les États Unis d’Amérique, 7e, et le Canada, 8e). 

L'Algérie, quant à elle, enregiste les plus mauvais scores au monde ! Elle se retrouve en queue de peloton des 125 pays, répartis sur tous les continents, étudiés par ce rapport mondial. Notre pays est ainsi carrèment dépassé par des pays en guerre à l'image du Soudan et d'autres touchés par une profonde crise politique comme la Côte d'Ivoire ! 

Selon cet indice mondial, des pays à faibles revenus comme le Ghana, le Bénin ou même le Niger font mieux que l'Algérie en matière d'innovation. Enfin, cet Indice mondial de l'Innovation prouve que l'Algérie est dépourvue d'un facteur "clé de la croissance économique".  et en l'absence d'un "environnement favorable à l'innovation", l'Algérie ne pourra jamais booster sa "compétitivité".

 

Lire la suite

DC Boghni : Aziz Ferhat, arrive .Ali Kadri s'en va

7 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com Publié dans #sport

 Le président du Djurdjura club de Boghni, Mourad Touah, nous a annoncé, hier, la nomination d'un nouvel entraîneur à la tête du club. Il s’agit de Aziz Ferhat dont la prise de fonction devrait intervenir avec l'entame de la préparation de l'équipe en prévision de la prochaine saison en régionale 2.

Le staff technique comportera dans ses rangs Rachid Amirou, convaincu par les dirigeants de rester au club, contrairement à Ali Kadri qui a préféré changer d’air sans pour autant qu’on sache les véritables raisons de son départ. Une autre nomination a été annoncé par la direction du club, qui affirme que l'objectif pour l'année prochaine sera de maintenir le club en régionale, il s'agit du poste accordé à Said Hamrani l'ex joueur de la JSK et de la JSBM en qualité de directeur technique de la section football, avec pour mission de coordonner le travail au sein de l'équipe. Ce sont donc deux anciennes joueurs, qui connaissent parfaitement les terrains de football et qui ont même joué ensemble à Bordj Menaïel, qui auront la charge de préparer un effectif à même de relever le défi de se faire une place dans un palier où il est requis de l'expérience pour s'adapter à certaines conditions de jeu et d’environnement. Coté effectif, le président du club a confirmé que la liste des joueurs qui seront libérés par le club a été arrêtée et que les concernés seront avisés au moment opportun. Ces libérations, faites sur des critères d'évaluation et de rendement de chaque joueur, ont ouvert la porte à une opération de recrutement de joueurs dont le niveau devra répondre à des critères de compétitivité et d’adaptation à ce palier de la régionale. Enfin, d'autres changements, d'ordre organisationnel, qui surviendront au sein de la section de football, seront révélés incessamment, affirme encore le président.
Lire la suite

" Vacances d’été à Tipasa : Des séjours pour toutes les bourses

2 Juillet 2011 , Rédigé par dcboghni.over-blog.com

Les estivants auront cette année l’embarras du choix pour passer leurs vacances sur la côte de Tipasa. Des camps de toile aux hôtels et autres complexes, les prix des séjours varient selon les lieux.

Passer tout un mois de paisibles vacances pied dans l’eau, et en plus dans l’une des plus belles plages de la côte de la wilaya de Tipasa, uniquement en déboursant 25.000 DA, soit moins de 1.000 DA par jour, est tout bonnement le rêve qu’exauce le camp de toile de Oued El Bellaâ, situé à seulement trois kilomètres de la ville antique de Cherchell. Etalé sur 3,5 hectares, le camping se dresse sur un site joliment enserré par deux tableaux de la nature d’un contraste enchanteur. En effet, le village de toile de Oued El Bellaâ fait la jonction entre un arrière pays verdoyant puisant la source de sa beauté des cimes des massifs boisés, et une plage dont le sable s’étend à perte de vue. «Nos prix sont imbattables. Ils sont les moins chers à travers toute la wilaya. Cela dit, le secret de notre réputation est le fait qu’on propose des prestations à la hauteur des attentes de nos hôtes qui viennent pratiquement de toutes les régions de l’Algérie», s’enorgueillit Djamel Ouzaghla, exploitant de ce camping depuis 2006. Et d’ajouter : «Pour une réservation de 15 jours, le vacancier n’a à payer que 13.000 DA pour avoir une tente et 1.000 DA les 24 heures.
Nous disposant pratiquement de 200 spacieuses tentes. 120 sont érigées du côté réservé aux familles et le reste, soit 80, sont mises à la disposition des jeunes. Toutefois, on réserve aussi un terrain nu pour des éventuels estivants qui désirent ramener leurs propres tentes. Cette assiette peut contenir jusqu’à 100 unités.» En termes de commodités, Djamel Ouzaghla assure que son village d’été est pourvu d’eau sans interruption et que toutes les tentes sont dotées d’électricité. «Nous mettons à la disposition de nos invités de vastes cuisines collectives, des sanitaires ainsi que des douches. En outre, nous avons aménagé un parking pour véhicules d’une capacité de 250 places.
Concernant le bien-être et la sécurité des vacanciers, une équipe d’agents et de gardiens veillent en permanence sur tout le site, en plus de la garnison de la police communale, du poste de la Protection civile et les patrouilles effectuées quotidiennement par la gendarmerie nationale, et ce, durant tout l’été», rassure-t-il. «Mieux encore, poursuit-il, pour nos invités qui ne souhaitent pas se déplacer en ville, qui est, au demeurant, toute proche, ils ont tout ce qu’il faut sur place.»

En effet, à proximité, il y a un magasin d’alimentation générale, une buvette, un kiosque à tabac, un fast-food, un loueur de parasols et une khaïma gérée par une équipe de Ouargla.
Parmi les fidèles du camping, on compte surtout des familles habitant les wilayas du Sud, Médéa, Blida, Aïn Deffla et Alger. «Depuis le temps qu’elles préfèrent passer leurs vacances chez nous, nombreuses sont les familles qui ont tissé des liens de forte amitié entre elles. C’est ça aussi notre objectif : promouvoir le brassage des Algériens quelle que soit leur région d’origine», conclut-il. 
4.000 DA POUR UN BUNGALOW
De l’autre côté du majestueux mont Chenoua et non loin du chef-lieu de wilaya se trouve le village touristique El Hannane. Bercé par le mouvement doux et agréable des vagues de la plage phare de Tipasa, en l’occurrence Chenoua, et protégé par le massif verdoyant éponyme, le village touristique El Hannane, mitoyen du Grand Bleu, compte 55 bungalows équipés de toutes les commodités et offrant une capacité d’accueil de 240 lits. Pour cette année, Aïd Sofiane, le propriétaire des lieux, assure que les nouveautés ne manquent pas sur le plan d’aménagement de l’accueil ou bien sur le plan de l’animation.
«Depuis presque une année, nous avons entrepris des travaux d’aménagement, de rénovation et d’embellissement touchant quasiment toutes nos structures. Si par le passé les vacances d’été à El Hannane étaient agréables, désormais elles seront magiques dès cette saison», promet-il.  En effet, la différence saute aux yeux. Les espaces verts et des «colonnes» de fleurs ont envahi l’espace interne. Les travaux de rénovation et de décoration opérés notammen dans le restaurant, la pizzeria et la cafétéria du village touristique offrent plus de convivialité et d’évasion aux pensionnaires. «Nos tarifs de location sont de 4.000 DA pour 24 heures. C’est un prix compétitif qui prend en compte le rapport qualité-prix. Nos invités, en majorité des familles, ont le loisir de passer de belles soirées chez nous, puisque on a concocté un programme d’animation qui ne va nullement les décevoir. Ça sera une agréable surprise pour eux», confie le même interlocuteur.

MATARÈS SOIGNE SON IMAGE
A quelques encablures du mont Chenoua se situe Matarès, l’un des trois complexes touristiques publics gérés par l’EGTT (Entreprise de gestion touristique de Tipasa). Là aussi, le directeur assure que son établissement qui compte deux hôtels (La Baie : 97 chambres, La Résidence 376 chambres), 43 villas et 42 appartements, est prêt sur tous les plans pour choyer ses pensionnaires. «Tout a été étudié pour que le vacancier choisisse la destination Matarès, à commencer par les prix», affirme-t-il. En période de haute saison, notamment en juillet, une occupation single à l’hôtel La Baie, qui offre toute les commodités, est à 7.150 DA en pension complète contre 10.120 DA en double.
A l’hôtel La Résidence, la demi-pension pour la formule single est à 3.888,50 DA et 6.666 DA en double, alors que dans les autres blocs pour la même option, les tarifs sont arrêtés respectivement à 3.555 DA (single) et 6.110 DA (double). Pour ce qui est des appartements F2 pour une période de 15 jours, ils sont loués à 6.666 DA/j et 7.777 DA/j pour les F3.
Les villas pour la même période, nos tarifs sont à 9.900 DA/j.  Il faut attendre le mois de septembre pour que ces tarifs soient nettement moins chers. A titre illustratif, pour une demi-pension en formule double à La Baie, le client déboursera  5.360 DA/j. «Pour le mois de Ramadhan, les prix seront plus attractifs, étant donné de l’importance des réductions prévues», indique le directeur de Matarès. Côté animation, le même responsable promet un programme riche ciblant toutes les catégories.
«Notre programme d’animation s’appuie essentiellement sur des variétés et le folklore algériens. À ce titre, la Dechra, lieu de déroulement de spectacles à Matarès qui peut contenir jusqu’à 500 spectateurs, abritera des soirées essentiellement animées  par des artistes nationaux, en plus d’autres spectacles et jeux culturels, particulièrement pour les enfants. Il y aura également des concerts dédiés uniquement aux femmes. Dans le programme, on a prévu un volet sportif, avec des tournois de pétanque et de tennis, en sus des séances d’initiation à la pratique de tennis destinées aux enfants», ajoute-t-il. Pour cette saison, les piscines de Matarès seront rouvertes au public.
Le village La Corne d’Or, l’autre complexe relevant de l’EGTT et réputé pour être le nec plus ultra du tourisme local, compte sur son environnement paradisiaque et son ambiance paisible et conviviale pour charmer encore et toujours ses convives.
«Pour septembre, la pension complète dans l’un des bungalows de La Corne d’Or est à 9.100 DA/j pour le F1 et 16.400 D
DA pour le F2», annonce M. Alouni, le directeur de l’exploitation au niveau de la direction générale de l’EGTT. Pour lui, les offres proposées par les trois complexes touristiques (Matarès, CET et Corne d’Or) sont nettement compétitives en matière rapport qualité/prix.
En somme, à Tipasa, les formules pour passer ses vacances en bord de mer sont variées et ne manquent pas, pour peu que les moyens financiers le permettent.

Lire la suite